Johnny et les autres

Une statue du grand homme à Vivier pour venir s’y recueillir… Aller à Saint-Barthélemy, sur sa tombe, c’est trop cher, peuchère !

Ils sont là, très nombreux, à venir pleurnicher à la mémoire de qui ? Un chantre de la liberté ou de l’amour universel ? Un poète humaniste ? Un penseur philanthrope ?

Non… Ils ne savent même pas où est enterré Brassens… Ils viennent, aussi décatis que leur idole à sa mort, verser des larmes de crocodile sur des souvenirs, sur leur enfance, sur leur adolescence, sur leur jeunesse. Ils ont perdu leur « doudou »…

« En même temps » il y a ceux qui agissent, au risque de leur vie, ou de leur liberté, pour sauver des femmes violées, des hommes torturés, des enfants orphelins… Et on les envoie « à dache » ou en prison.

Il y a vraiment, là, de quoi pleurer…

Allez les Bleus !