À MON AVIS…

Décroissantiste sans le savoir…

Nicolas Bouzou, c’est cet économiste distingué qu’on voit souvent dans les débats télévisés soutenir les efforts du néocapitalisme pour nous rendre heureux. Hier, il débattait sur le thème « Faut-il supprimer le black friday ? ». Cette question, seuls les décroissantistes la … Lire la suite
LIRE L'ARTICLE

Les vœux 2019 ?

J’ai essayé…J’ai essayé, en vain, comme les autres années, de trouver une idée amusante, pour nos vœux…Pourtant comment ne pas répondre à ceux des parents et amis sans paraître indifférent ou douter de leur sincérité ?Il n’est pas si difficile … Lire la suite
LIRE L'ARTICLE

Johnny et les autres

Une statue du grand homme à Vivier pour venir s’y recueillir… Aller à Saint-Barthélemy, sur sa tombe, c’est trop cher, peuchère ! Ils sont là, très nombreux, à venir pleurnicher à la mémoire de qui ? Un chantre de la … Lire la suite
LIRE L'ARTICLE

LES ROMANS D’ARENC…

La muette d'Arenc - Robert Dagany (2011)

Témoignages…

Une justesse saisissante

Avec ses 528 pages  réparties en 49 chapitres voici – paru aux éditions Le Fioupélan – sans doute le livre le plus volumineux jamais publié dans le genre « Littérature marseillaise ». Et, je vous le dis tout de suite, c’est aussi

Jacques Bonnadier, Radio Dialogue
08/01/2012

La muette d’Arenc

Ouvrage très documenté, agréable lire car bien écrit, permet de retrouver les particularités de Marseille mais , au-delà, les souvenirs d’enfance de ceux qui sont nés à peu près à la même époque que l’auteur. Un grand moment de bonheur!

Michèle Lortal sur amazon.fr
23/03/2013

Loin de tout folklore…

Avec quelle émotion et quel plaisir j’ai pu, jour après jour, me plonger dans ce Marseille des années 50 que vous ressuscitez avec tant de force, de finesse, de fidélité….

Jean Cabriès (La Calade, Marseille)
04/05/2012

Heureux de lire ce livre

Je suis à moitié du livre et déjà, j’aime beaucoup ce que vous avez réussi à faire pour ce récit en transmettant l’accent de Marseille dans l’écriture, je l’entends parfaitement… Mais je reste perturbé pour n’avoir jamais eu connaissance de

Claude Ballanger (parisien)
15/02/2012

Plein d’humour et d’émotion…

… j’adoooooore cette façon d’écrire très imagée, subtile, sophistiquée dans le sens où l’on sent que les mots sont choisis, pesés. C’est très touchant, plein d’humour et d’émotion, ça ne juge pas, ça raconte simplement mais avec caractère. C’est très

Valérie Baudoin (ardéchoise)
01/06/2012

la muette d’Arenc « un livre » qui va vous parler !!!!

Merveilleux, ce livre me replonge dans mon enfance fait remonter pleins de souvenirs « que du bonheur » à conseiller à tous ceux et celles qui ont connus ou veulent découvrir une fabuleuse page de l’histoire de Marseille avé l’accent !

Dany31, sur le site amazon.fr
03/12/2011

Bon dieu, j’attends la suite maintenant !

A tout dire, j’ai eu dans les premiers chapitres un peu de mal à entrer dans l ‘bazar. Je me disais : « Il en fait bien du chichi pour raconter comment s’est cassé la gueule la poudre à café « …Je

Jean-Michel Mouron (picard)
05/06/2012

Pas besoin d’être Marseillais…

Super bouquin ! Pas besoin d’être Marseillais pour se régaler à la lecture de ce livre.Un grand moment de bonheur, il se suffit de se laisser porter par la narrateur pour partager d’intenses moments de bonheur.
L’humour, la tendresse

Soon 73 (savoyard) sur libfly.com
23/12/2011

Un délicieux bain de jouvance !

Quel bonheur que Robert DAGANY ne soit pas né à Marseille ! Si ce fut le cas il n’aurait pu graver en sa mémoire ces particularités de langage qui sont le nectar du parler marseillais. Pour nous, nourris au lait

Jean-Marie Delli Paoli
01/10/2012

Une promenade marseillaise, bonne et vivante…

…un bon pavé de lecture assaisonné aux souvenirs (un tiers), saupoudrés d’accent (un tiers), d’amour, d’humour et de vie (un tiers), et pour corser le tout, un grand tiers d’eau, bien sûr !
Comme Echinard, je ne peux que

Jacques Gastinel
04/03/2012

Un talent de dialoguiste…

…Il y a des dialogues savoureux, où chaque personnage a son propre accent, et cette langue qui lui est propre, le rend présent, vivant, plus que par une longue description. Et on se fait, en lisant, son cinéma. Bref, une

Léone Alabe (Marie Albe)
01/08/2012

A lire par les « vieux marseillais »

J’ai retrouvé toutes les expressions de mon enfance ainsi que les lieux. Ce livre m’a même rendue nostalgique et appris confirmé certaines choses.

Mamie sur amazon.fr
29/01/2013

Un dosage fin entre sérieux et humour

Je viens de finir « La muette d’Arenc », et …/..j’en ai vraiment beaucoup aimé la lecture. Je trouve que la narration est bien menée et R. Dagany a su sortir des rouages de ceux qui se sont piqués de faire du

Alain Giacomi
07/04/2012

Ce qui m’a le plus impressionné…

C’est le romanesque je crois qui assure le lien et qui m’a le plus séduit : la mort étonnante de Diêm, son carnet à cacher, à transmettre, la découverte de la double cave, la quête d’un chemin souterrain pour arriver

Jean-Louis Ribeira (toulousain)
09/03/2012

Tendresse et vivacité du ton

Merci et bravo; en particulier pour ce qui est de la tendresse et de la vivacité du ton, teinté de légère moquerie…

Michèle Gilbert
21/12/2011

Un coin inconnu de moi

Joli coup, Monsieur Robert.
Moi qui ne connait Marseille que depuis 1956, j’ai toujours été intéressé par la vie des quartiers. Mais les récits sont rares et celui-ci , en dehors du côté plaisant de sa lecture, dévoile un

André Gastinel
20/12/2011

Que de nostalgie chapitre après chapitre !

Étant natif du Vallon des Peyrards dans la commune de Septêmes, j’ai revécu tout au long de vôtre livre des pans entiers de mon enfance et adolescence. Je peux dire moi aussi  »j’y étais ». J’étais à l’école communale du Vallon

Hugues Schepmans
05/09/2012

Régalée et rajeunie !

…merci pour ce chef d’oeuvre qui m’a replongée dans mon arrivée à Aix en 52 puis Marseille… Je me suis régalée et rajeunie en retrouvant toutes les expressions qui m’avaient tant mis en position d »estrangère » au début de mon séjour…

Odette Jeggli (parisienne)
15/07/2012

Impatient de découvrir la suite…

… j’ai éprouvé grand plaisir à suivre les aventures des personnages. Je suis déjà impatient de découvrir la suite … C’est d’emblée que j’ai été séduit par le récit, les personnages, par la manière dont l’auteur a su marier avec

Pierre Gadret, Picard de Lyon
31/07/2012

« Les Nistons d’Arenc », Dagany rempile

Auteur de La Muette d’Arenc (aux éditions du Fioupélan, 2011), Robert Dagany poursuit l’étude de ce quartier marseillais avec Les Nistons d’Arenc, qui sort ces jours-ci en librairie, toujours publié par Le Fioupélan, que dirigent Jean-Marc Valladier et Médéric Gasquet-Cyrus.

wordsfrommars.com
24/02/2016

Commentaire de lecture de la muette d’Arenc

J’ai aimé ce livre, très bien écrit, pour diverses raisons qui touchent à mon vécu et un lointain passé marseillais dans ce quartier. Depuis j’ai beaucoup voyagé dans le monde, beaucoup vu et beaucoup fait; Mais la puissance de l’évocation,

Roger NORMAND sur amazon.fr
20/09/2016

Une 2ème belle partie

Vraiment super, »Les Nistons d’Arenc », un régal !
Très bien documenté, j’en ai appris plein sur le vietnam. Toute cette tendresse entre Justin et Zu. Les dialogues à mourir de rire de Zette et modo, et la poissonnière d’en face.

Valérie Baudoin
20/03/2016